Graduate School « Science pour une planète en mutation »


La Graduate School «Science pour une planète en mutation» a trois objectifs: (1) comprendre et surveiller les changements planétaires; (2) rechercher des solutions alternatives à l’exploitation des ressources fossiles, et (3) évaluer de l’impact des changements globaux sur l’Homme, la Terre et les Société.

Elle est ouverte aux étudiants talentueux du monde entier dans divers domaines scientifiques, y compris les sciences humaines: chimie, physique, biologie, sociologie et politiques publiques. Les objectifs de cette Graduate School sont d’accroître le réseau international académique, principalement en Europe, mais aussi d’identifier et de renforcer un réseau économique orienté vers l’employabilité des doctorants.

La région des Hauts-de-France est une région pionnière via la troisième révolution industrielle («REV3»). Dans ce contexte, cette Graduate School possède déjà des atouts remarquables tels que la coordination du projet européen à grande échelle EUROBIOREF (FP7) pour le développement de nouvelles bioraffineries multi-biomasse, multi-technologies et multi-produits, la participation au réseau européen EUBREN (Pr. Franck DUMEIGNIL), le projet français REALCAT (Pr. DUMEIGNIL en était le premier coordinateur) unique au monde pour accélérer la recherche sur les nouveaux procédés (bio)chimiques d’origine biologique.

La Graduate School «Science pour une planète en mutation» s’appuie sur: 1 Labex (Propriétés chimiques et physiques de l’atmosphère), dont son programme d’apprentissage M2I Atmospheric Environment (Physique chimique et physique), 1 Equipex (REALCAT, Chimie) et 4 ERC: RheoMan et TimeMan (Physics); FireBar (Chimie) et Roman (Biologie).

 

Coordinatrices : Sophie Duquesne et Thérèse Huet.